Contenu | Menu | Recherche

Je demande qu'on sorte des jeux de rôles convenus et des scénarios écrits d'avance (N. Sarkozy)

Middle-Earth Role Playing

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 272 pages à couverture rigide

Description

Il s'agit du livre de base permettant de jouer au jeu de rôle dans le monde de la Terre du Milieu. Le livre est divisé en plusieurs parties afin de faciliter son utilisation. Il remplace la première édition parue en 1984 et la première édition, révisée parue en 1986.

Tout d'abord une introduction (Part I) présente le jeu de rôle en soi, ainsi que le monde inventé par le professeur Tolkien, la "Terre du Milieu", et la manière de jouer dedans. Un résumé succinct de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des Anneaux est présenté.

Deux parties (II et V) sont consacrées aux personnages : comment ils sont définis par des caractéristiques physiques et mentales, leur culture, leur race, leur profession, leurs habiletés, mais aussi leur rôle, et comment ils évoluent grâce à l'expérience. La manière de créer un personnage est également expliquée, depuis le tirage des caractéristiques jusqu'à l'équipement. On peut jouer toutes les races et cultures connues de la Terre du Milieu, même un orc ou un troll, et n'importe quelle profession. Mais certaines races sont plus aptes que d'autres à utiliser des compétences ou habiletés données, ou ont des avantages particuliers. De même pour chaque profession. Cela encourage à former des équipes hétérogènes.

Les différentes actions des personnages, qu'il s'agisse d'attaque, de sortilège ou de manoeuvre, et la manière de les résoudre, sont décrites dans une autre partie (III). Le principe est toujours le même : on effectue un lancer de dé de pourcentage (D100) dit "ouvert" : les résultats extrêmes sont relancés et l'on rajoute ou soustrait le nouveau résultat. Après ajout des bonus d'habileté et des modificateurs de situation, on lit le résultat sur une table qui varie selon le type d'action.

Quant à la magie, l'effet dépend de la nature de chaque sort, décrit dans les appendices. Mais pour les autres actions, cela peut demander un peu d'interprétation de la part du meneur de jeu : un jet d'escalade obtenant une réussite de 70% peut être traduit comme 70 % du parcours effectué, et un deuxième jet nécessaire. Mais un saut réussi à 70% peut signifier un échec, ou la possibilité de s'accrocher de justesse... tout dépend du contexte, et de la manière dont les joueurs, et surtout le meneur de jeu, se représentent la situation.

Deux parties concernent particulièrement le meneur de jeu : l'une (IV) décrit son rôle et la manière de gérer le monde, le jeu et certains de ses mécanismes comme les dangers liés à la magie. L'autre (VI) donne quelques exemples succincts de sites ou d'aventures.

Une avant-dernière partie (VII) comprend les appendices composés de multiples listes : description des races, des professions, des sorts, personnages pré-tirés, créatures... Il y a également l'ensemble des tables utilisées précédemment dans le livre : attaques, blessures critiques, création de personnage, manoeuvres, etc. La fin (Part VIII) est constituée par un index.

En anglais, une autre version de cet ouvrage fut éditée sous couverture souple.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Alfange (semi-elfe et semi-magicienne)  

Le monde de Tolkien se prêtait certes au jeu de rôle ! Dès lors, quel dommage que les règles de JRTM soient un salmigondis où une poule ne retrouverait pas ses oeufs, quel dilemme d'y trouver de la magie à tous les coins de rue (alors que les magiciens sont rares dans les livres de Tolkien).

Heureusement, j'ai trouvé un Mdj, une perle rare. Fan de Tolkien, il n'a pas hésité à remonter ses manches tout au long de nos 8 années de campagne pour mettre de l'ordre dans les règles et pour que le monde ressemble vraiment aux terres du milieu (dommage pour mon personnage qui était à l'origine une magicienne avec des sorts et tout et tout et qui se borne maintenant à quelques tours de passe-passe!!).

En conséquences, un amateur du seigneur des anneaux, ne trouvera pas forcement son compte avec JRTM, mais quant on aime ou plutôt lorsqu'on est fan, il ne faut pas hésiter à prendre le meilleur des règles et laisser tomber (ou mieux, modifier) le pire. C'est à ce prix, que l'on apprécie vraiment le jeu.

Munin  

Mon avis de joueur : j'aime Tolkien, mais ce n'est pas mon auteur de fantasy favori. J'aime bien jouer dans les Terres du Milieu, mais ce n'est pas mon décor de campagne favori. J'admire le travail fait sur les suppléments au niveau du background, mais je DETESTE le système I.C.E. : niveaux, tables de coups critiques, échelle des caractéristiques, etc... Et je ne parle pas de la cohérence du jeu avec le monde de Tolkien (au niveau de la magie, par exemple). Bref, un jeu excellent si le MJ est à la hauteur et fait un considérable travail d'adaptation. Sinon, bof...

Stef  

Pour avoir fait presque 2 ans de campagne sur JRTM en tant que MJ, il est difficile d'être critique sur le jeu.

C'est vrai, le jeu est peu fidèle à l'univers de Tolkien en particulier sur la magie. Bon, on adapte, on supprime les mages et on régule la puissance des sorts qui peuvent être très dangereux à utiliser en présence de forces du MAAAL. Quant aux Umlis et autres inventions, on ne peut rester dans le carcan des romans, on met tout cela loin dans l'est ou le sud...

Le système, moi je l'aime bien, les jets ouverts, les coups critiques, les tables de manoeuvres, je trouve que c'est pas mal et plus jouable que Rolemaster. La progression des personnages est bien équilibrée. La liste de plantes est sympa.

Les suppléments surtout apportent de la profondeur au jeu et permettent de bâtir soi-même ses scénarios. Les scénarios livrés par ICE sont d'ailleurs assez nuls, dont celui du jeu.

D'excellents souvenirs donc sur JRTM...

agent  

Cette édition en livre est jolie, couverture solide, effet de vieux grimoire sur la tranche des pages (pas mal pour du noir et blanc), le texte est dense mais les illustrations suffisamment poétiques pour évoquer un univers tout en nuances. Ici point de barbares et de femmes dévêtues me susurre une voix intérieure emplie de luxure :-) Ce livre cartonné est plus pratique que l'ancienne version en boîte et il supportera sans peine les manipulations lors des séances de jeu.

Les romans Bilbo et le Seigneur des Anneaux sont résumés mais les informations générales sur le monde ne sont pas assez détaillées pour se passer de leur lecture si on veut jouer précisément dans l'ambiance du "maître". C'est dommage car les termes spécifiques à Tolkien abondent et un débutant se sentira dérouté. Le fan ne sera pas gêné, il connaît déjà l'oeuvre par coeur. Le simple curieux aura là un jeu de fantasy traditionnel, d'apparence un peu moins bourrin que d'habitude et bourré de termes compliqués.

Voilà pour l'emballage et le background, bilan plutôt positif. Restent les règles : Arghhhhhhh ! Au secours !

Certes Rolemaster est un jeu qui ne laisse personne indifférent. Moi je n'aime pas la complication poussée jusqu'au ridicule au nom d'un réalisme illusoire, désolé, je n'y arrive pas. Dans ce registre, le système de Chaosium, Runequest en particulier, a l'avantage d'être précis et réaliste tout en restant jouable et rapide. Dommage, "Rolemaster" j'aime bien le nom :-)

Or donc JRTM adapte les règles poussives de Rolemaster à l'univers de Tolkien tout en laissant Rolemaster indispensable pour dépasser le niveau 10. Hop ! 3 livres de plus à acheter rien que pour les personnages, la magie et les combats de haut niveau, AD&D est battu. JRTM apporte de légères simplifications à Rolemaster, par exemple un tableau par type d'arme au lieu d'un tableau par arme, mais revers de la médaille, JRTM réussit le tour de force de ne pas être directement compatible avec Rolemaster, plusieurs pages expliquant comment passer de l'un à l'autre. En somme vous ne monterez pas au niveau 11 sans calculs :-( Limiter le niveau à 10 peut être une solution... mais les suppléments eux mêmes font référence à des niveaux supérieurs à 10, arghhh !

Ce problème de niveau n'est rien face aux autres aberrations qui parsèment ce jeu. Il faut se reporter à des dizaines de tableaux pour jouer (l'écran du maître est en fait un livret de tables !). Même si l'annexe est pratique le livre est mal organisé. Les exemples sont peu nombreux et souvent obscurs. Il en ressort une impression de catalogue plus que de jeu, aucune nouvelle ou fantaisie ne venant égayer la description froide des règles ou du monde. Dommage, il y a quelques bonnes idées mais rien ne donne envie de jouer. Mêmes les détails intéressants (listes de plantes ou de sorts) n'ont rien à voir avec Tolkien car retranscrits texto de Rolemaster.

Encore un mot sur le background : l'absence de cartes, de détails sur le monde, de créatures, d'objets, bref de tout ce qui donne vie au jeu oblige à inventer ou acheter de nombreux suppléments ! L'univers de Tolkien est riche et complexe mais un petit travail de synthèse aurait été bienvenu. En l'état le livre de base est un jeu en kit, le contre exemple de Warhammer le jeu de rôle.

Ce jeu est tout simplement à déconseiller aux débutants pour ne pas les dégoûter à vie du jdr, à déconseiller aux amateurs de sword & sorcery car trop lourd pour être épique et à déconseiller aux MJs fans de Tolkien car ils auront la moitié du jeu à réécrire... Cet avis peut sembler trop négatif et injuste, car JRTM représente certainement beaucoup de travail, mais si certains jeux pâtissent d'un manque de règles celui là est étouffé par son système.

Conclusion sans appel et très personnelle :
- Warhammer, (A)D&D, Bloodlust, Runequest ou Stormbringer sont meilleurs pour un simple jeu de fantasy
- Tiers Age est largement meilleur pour jouer au Seigneur des Anneaux (je précise que je ne suis pas auteur de Tiers Age et que je ne connais pas ses auteurs). En fait difficile de faire mieux que Tiers Age pour retranscrire l'ambiance de Tolkien, alors la version officielle du nouveau jeu de rôle du Seigneur des Anneaux sera-t-elle meilleure, en voilà une question qu'elle est bonne.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :