Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Ecran

.

Références

  • Gamme : COPS
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Ecran
  • Editeur : Asmodée Editions - Siroz
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2003
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Ecran couleur à quatre volets et papier glacé, accompagné d'un livret noir et blanc de 32 pages.

Description

Commençons naturellement par l'écran : sur la face côté joueurs, on pourra découvrir la sculpturale journaliste Kim Lee Sung, journaliste vedette de "COPS Channel" et les différents programmes télévisés jetés en pâture au téléspectateur californien - du film X aux émeutes du centre de Los Angeles, en passant par le Super Bowl.

Côté maître de jeu, les quatre volets contiennent respectivement :
- Les différentes tables concernant le système de poursuite automobile/pédestre (actions principales/secondaires, tables de crash).
- Un vaste tableau reprenant les diverses armes ainsi que les véhicules présentés dans le livre de base.
- Le système de combat et de protection.
- Les tables de blessures, de moyens de guérison ainsi que les dégâts pour véhicules.

Quant au livret fourni avec l'écran :
Vous trouverez tout d'abord un scénario de 15 pages, baptisé "Objection !" et accompagné des mini-enquêtes "10-18" désormais traditionnelles, dans lequel les personnages seront confrontés au monde feutré des juristes angelinos, tout en tombant bien malgré eux sous le feu des projecteurs.

Ensuite, trois pages sont consacrées à une liste de cent petits évènements destinés à pimenter la vie de vos COPS - il vous suffira de tirer un d100 pour aussitôt leur compliquer l'existence (22 : vos COPS doivent ramasser les restes d'un SDF brûlé vif ; 29 : le tout dernier jeu Siroz vient de sortir, émeute chez les jeunes ; 99 : course-poursuite sur l'autoroute sauce OJ Simpson).

Pour combler l'une des lacunes du livre de base, 6 pages vous présenteront de manière synthétique les méandres de la procédure pénale des tribunaux de Californie, depuis l'inculpation jusqu'au verdict final, de même que les relations police/justice - le tout est fourni avec des extraits de la constitution, un encart sur le problème des preuves audio/vidéo, un autre sur la délivrance des mandats.

Enfin, restent les annexes :
- Trois pages où quatre des auteurs du jeu offrent leur point de vue bien particulier sur l'univers de COPS, quelques conseils, ainsi que leurs inspirations favorites.
- Une page résumant de façon très simplifiée les stages de police.
- Une page comprenant deux petites fiches de personnages pour PNJs.
- Et pour terminer, deux modèles de mandats émis par le Procureur de Los Angeles, l'un pour les arrestations, l'autre pour les perquisitions.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 21 octobre 2018.

Critiques

Dirty Derrick  

Un bien bel écran que nous avons là. Les illustrations d'Aleksi sont vraiment bien et donnent le ton. Cet écran est du plus bel effet et les tables au dos sont assez utiles. Le livret en lui même contient de bonnes choses : un scénar assez original dont je dévoilerais pas l'intrigue mais qui poussera les COPS à faire des actions assez inhabituelles. Ce scénario a par contre l'air assez dur pour nos petits flics préférés.

Le sujet sur les procédures est utile, complétant pour ceux à qui cela manquait vraiment les blancs du pilote. La table des rencontres/appels radio est vraiment interressante et promet de bonnes scènes en perspective et des interventions délicates : mes COPS devront bientôt évacuer des anti-avortements d'une clinique ou des facho par exemple (niark, niark, niark).Il y a aussi la présentation du jeu par les principaux auteurs qui se lit. Bien sûr Croc fait un peu son paupaul comme d'hab' mais bon...

Pour résumer donc, un bel écran et du contenu qui vaut le coup.

Jams  

L'Ecran:
Le design coté joueur est classe. On sent l'aspect anticipation du jeu. Coté MJ, les tables parlent, sont toutes utiles. Manque peut etre une table sur le niveau de difficulté d'une action que le MJ peut attribuer mais bon... on va pas faire la fine bouche. L'ecran est explicite, facile d'utilisation, bien agencé, avec un recap des règle à quasiment chaque tableau.

Le Livret:
De ce coté c'est toujours que du bon. Un bon petit scenar à utiliser dans quelques aventures, histoire de laisser les new cops prendre leurs marques. Le chapitre sur les procédures judiciaires est à la fois bien rédigé et indispensable pour jouer des flics dans un monde d'anticipation. Suivent la table des évènements qui peut être utile pour agrémenter une journée des cops (sans trop en abuser). L'avis des auteurs peut être utile même si chacun fait ce qu'il veut d'un jeu de rôle. On termine avec des annexes qui rendront le jeu plus crédible (mandats). Manque à mon avis une table des codes d'intervention des policiers en service. Car hormis l'existance du 10-18, rien d'autre à se metter sous la dent. Un listing de ces codes sera le bien venu.

Conclusion:
Excellent. Que du bon pour très peu de moins bon. Siroz continue sur sa lancée, apres un très bon livre de règles et un premier supplément de grand standing.

Yemmeth  

Nous allons tout d'abord commencer par une description de l'écran et finir ensuite par le livret.

L'écran :
Couverture : Graphiquement superbe avec ses photos truquées et son joli dessin de la présentatrice (ah si elle pouvait vraiment existé quelle bonheur ça serait !!! mais je m'égare) cela nous rappelle à quelle point certains éditeurs feraient bien de plancher un peu plus sur la qualité des dessins plutôt que sur leur quantité. Il y aussi une volontée manifeste de choquer un grand nombre de personnes (Regardé en bas à gauche). Bref pour l'instant un sans faute.
Intérieur : Ce n'est pas un écran d'anorexique et il se compose de son nombre de tableaux. Rien ne manque et le Mj n'aura pas besoin de constamment feuilleter son livre pour trouver ce dont il cherche, Initiative, Armes, Actions, ... Bref toujours un sans faute.

Livret :Scénario :Sans être d'une grande originalité il permettra à vos charmant COPS de rentrer dans l'illégalité et aussi de perdre leur poste (et oui ça ne plaisante pas au SAD). Le scénario réserve quand même quelques petites choses intéressantes et donnera à vos joueurs des petites montées d'adrénaline.
Système judiciaire : Une bonne descriptions de ce qui attend nos COPS avec le système pénal de la République Californienne.
Tableau de rencontre : Lorsque votre scénario sera au point mort ou lorsque vos joueurs s'ennuiront jeté un dé de 100 et regardé le résultat. Ce tableau permet de créer avec une seul dé de petits évènements qui viendront pimenter la vie de vos COPS ( certains évènement sont franchement poilants, le "i'll be back" et franchement super)
L'avis des créateurs : Une petite intervention des auteurs principaux qui expliquent comment ils voient le jeu ainsi que leurs inspirations pour sa création. ( petite mention a Croc pour ses inspis)
Feuilles de Pnjs, de mandat et de procés : Et pour finir quelque feuilles bien utiles pour ne pas vous embêter à créer de tout pièce des mandats et autre paprasserie administrative.

En clair même sans être le meilleur écran jamais vu dans le monde il possède un assez grand nombre de qualités pour recevoir cette note de 5.

Xephaen  

Haaa l'écran. Toujours un supplément que l'on redoute.

L'écran tout d'abord, il est constitué de quatre volets, ouf ! Certaines gammes semblent revenir aux écrans trois volets...

Le coté joueur est absolument magnifique. L'auteur, loué soit son nom, a ici réalisé un sacré travail.

Le coté meneur n'est pas en reste et restitue toutes les tables nécessaires au MJ. Aucune information ne manque. Il n'est donc pas indispensable de masteriser, le livre de règle sur les genoux.

Le livret fourni avec l'écran est assez complet lui aussi. Un scénario plutôt bien ficelé qui fait vite oublier celui du livre de base.

Une aide de jeu expliquant les rouages de la justice américaine. Tout simplement indispensable si on est pas un habitué des New York section...

En prime, deux-trois documents à photocopier afin de mettre un peu d'ambiance.

En résumé, un très bon écran. Un matériel indispensable pour vos parties.

Nicolas 'Yoda Mister' Tauzin  

Un (très bon) modèle dans le genre. Pour dire vrai, je ne suis pas un utilisateur inconditionnel des écrans de jeux. Pourquoi ? Parce que je n'y trouve jamais tout ce dont j'ai besoin… Mais l'écran de COPS lui, je pèse mes mots, ne pourrait pas être mieux.

Côté Joueur, une illustration dans le ton. On dit souvent que les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Pourtant, les illustrations de l'écran plaisent à tous les Joueurs que j'ai rencontrés (moi je les trouve magnifiques).

Elles sont du plus bel effet et posent vraiment bien le "ton" du jeu. L'ensemble graphique est cohérent avec le Livre de règles et l'ambiance qui y est décrite. Et pour les joueurs les plus attentifs, certaines informations amusantes sont "divulguées" en bas de l'écran… Replacez-vous dans le contexte de l'époque, le jeu est né en 2000…

Côté Gardien, c'est tout bon. Je ne le dirai jamais assez : ce jeu profite d'une maturité incroyable. Les créateurs ont réalisé un boulot remarquable. Aussi, essayons de leur rendre hommage en proposant une critique complète.

A mes yeux, un écran de JDR est jugé sur 4 points :

  • - Le Format : 4 volets. La version "de luxe" des écrans aujourd'hui. De quoi s'abriter derrière, faire rouler les dès, poser son café, une poignée de gâteaux et ses notes. Ici, rien à redire sur ce point. Ce choix est confortable et plus vous jouerez, plus vous l'apprécierez.
  • - Les tables : un choix crucial puisque c'est ce qui déterminera l'usage de l'écran. Trop d'écrans souffrent de mauvais choix dans ce domaine. Pour COPS, c'est un sans faute : rien ne manque. Le Mj n'aura pas besoin de feuilleter son livre puisqu'il a tout sous les yeux : Initiative, Armes, Actions, ... J'avoue même que c'est la synthèse de l'écran qui m'a permis d'assimiler totalement les règles du jeu…
  • - Le livret : pour moi, un très bon indicateur de la (bonne) volonté des créateurs. Certains livrets se contentent des erratas et d'un index alors que d'autres proposent scénarios, sources d'inspirations, aides de jeu etc. Ici, on reste dans la - très bonne - lignée : index des stages, avis des créateurs, aide de jeu expliquant les rouages de la justice américaine, tableau de rencontre, documents à photocopier (mandat ), feuilles de Pj et Pnj et un scénario détaillé (15 pages) et original. Je ne vois pas ce qu'il aurait été possible de rajouter. Pour moi, le meilleur du genre, tout simplement.
  • - Le prix : < 20 €

Conclusion :

Asmodée réalise ici sans faute : MJ et PJ seront comblés. Ce matériel remplit totalement son rôle et il le fait (très) bien.

Critique écrite en janvier 2011.

william mac bullet  

Accompagné d’un livret plutôt bien fait et dense côté matériel, ce fort bel écran se révèle bien évidemment le complément obligé du meneur.

Un écran à l’illustration superbe, qui met bien dans le ton du jeu, avec quelques private jokes dans les photos des suspects… auxquelles je reprocherai juste un photo montage : celui où la jeune fille se fait ardemment besogner dans un coin de ce bel écran. Non par puritanisme, mais parce que je suis un papa rôliste et que si mes enfants sont dans le coin, il faut que je trouve un moyen pour masquer l’image. C’est donc un peu dommage d’avoir un si bel écran et de devoir bidouiller pour s’en servir…

Derrière cet écran bien cartonné et donc à l’épreuve de la plupart des exactions des joueurs, les tables diverses et variées qui vous récapitulent ce dont vous avez besoin au cours de la partie. Personnellement l’ensemble me convient bien.

Le livret est composé d’une partie sur le système juridique californien. C’est là que je trouve que cet achat est le complément idéal : c’est clair et bien qu’un peu aride, ça remplit bien son rôle. Bref, ça amène cette touche de réalisme un peu froid qui ramène nos COPS aux réalités de la justice et de leur travail.

On y trouve également un scénario que je trouve excellent, qu’il faut peut-être attendre un peu avant de jouer, des joueurs ayant de la bouteille ou un background solide devraient apprécier. Je l’ai trouvé intéressant, bien construit et très équilibré dans les scènes, de bien belles heures de jeu (et de suspense) en perspective.

 

Critique écrite en décembre 2013.

 

L'écran de Cops est fourni avec un livret de trente pages. Il contient un scénario, un récapitulatif des procédures d'arrestation et de perquisition, et une liste d'une centaine d'idées de petits événements destinés à pimenter la vie des Cops. Mais aussi deux pages d'articles présentant les points de vue des auteurs sur leurs propres travaux et la manière dont ils considèrent le jeu, ainsi que quatre pages d'aides de jeu (résumé des stages, feuille de PNJ, mandat d'arrestation et de perquisition).

L'écran, le visuel, est... indescriptible. En tout cas, il ne peut laisser personne indifférent. Ceux qui connaissent Cops ne pourront que saluer l'exceptionnel travail d'ambiance de l'illustration ; ceux qui ne connaissent pas le jeu risquent fort de le trouver insoutenable de mauvais goût et de provocation. Le livret est une petite merveille. Non seulement le scénario est du meilleur cru, mais le reste est à l'avenant, avec une bonne surprise pour l'article des auteurs qui, loin de donner lieu à une séance d'auto-congratulation, fournit une idée assez précise des origines de Cops et des sources d'inspiration de ses auteurs. Dans tous les cas, c'est un article indispensable pour tout MJ de Cops. Brillant, tout simplement.

L'Ogre-Mercenaire - Casus Belli n°19

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques