Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

Cthulhu by Gaslight

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte cartonnée contenant :

  • un livret agrafé de 52 pages (le Guide des années 1890),
  • un livret agrafé de 48 pages (Les horreurs du Yorkshire),
  • une carte de Londres de 64x48 cm,
  • une feuille de personnage recto/verso.

Description

On pourrait traduire le titre par "Cthulhu à la lumière des becs de gaz". Car c'est bien de cela qu'il s'agit : se plonger dans l'Angleterre victorienne des années 1890, retrouver Jack l'éventreur, Sherlock Holmes et les ruelles embrumées de Londres.

Le premier livret est intitulé Guide des Années 1890 et contient le matériel pour jouer dans ce cadre.

Après une page de couverture et une de couverture intérieure, puis une bibliographie consistante sur l'Angleterre victorienne et les sources d'inspiration de l'auteur présentées sur une autre page, le livret se concentre ensuite (5 pages) sur les adaptations concernant la création de personnages propres à ce contexte et les nouvelles règles associées : on y retrouve donc de nouvelles professions, un rappel sur l'importance des classes sociales, les modifications des scores minimaux par rapport aux règles issues du livre de base, ainsi que diverses adaptations concernant tout ce qui a changé entre 1890 et 1920 (l'automobile, l'électricité, etc.). Cette partie se conclue sur une sommaire description du monde connu, et de nouvelles règles sur les armes afin de se conformer à l'époque.

Le chapitre suivant, L'Angleterre dans les années 1890 (7 pages), entre dans le vif du sujet. Il commence par une chronologie étoffée allant de 1880 à 1901, puis il se poursuit par des biographies de personnages célèbres (H.G. Wells, Oscar Wilde, etc.) contemporains de cette période.

La ville de Londres (14 pages) est ensuite abordée : géographie générale et différents quartiers, sites remarquables. Le chapitre continue ensuite sur les composantes de la société victorienne : voyages, médias, la criminalité et comment la loi la réprime. Il comprend également diverses considérations sur le fonctionnement du gouvernement britannique et la place de la noblesse dans la société, les fameux clubs londoniens et les aspects de la vie pratique : logement, marchés, sources d'information, coût de la vie et listes de prix, mode de l'époque en fonction de sa classe sociale ... Ce chapitre est notamment accompagné par une carte en double page de l'Angleterre détaillant les voies ferrées, et quelques plans de Londres qui sont complétés par la carte de la ville fournie en encart.

Le livret se poursuit avec une partie dédiée à l'occultisme et les différentes société secrètes présentes en Angleterre (7 pages) : historiques, comment elles se rattachent éventuellement au Mythe de Cthulhu et une brève description de la société théosophique, des francs-maçons et de la golden dawn. Ce chapitre aborde aussi rapidement le spiritsime et l'engouement autour de ce phénomène contemporain à cette époque.

Le livret se termine par un chapitre dédié au voyage temporel (10 pages) : ses moyens (par la pensée, avec une machine, etc.), ainsi que les conséquences de ceux-ci (décalage et adaptation culturelle, gestion des paradoxes temporels). Le dernier chapitre est consacré à des suggestions de scénarios (5 pages) incluant une chronologie des affaires de Sherlock Holmes, et l'adaptation des créatures inventées par H.G. Wells au jeu : les morlocks et les martiens. A ce sujet, la chronologie de l'invasion de la Terre est également fournie. La couverture de dos qui récapitule la table des matières sur une page clôture l'ouvrage.

Le deuxième livret a pour objet une campagne qui prend place dans le contexte de l'Angleterre Victorienne. Intitulé Les Horreurs du Yorkshire, il s'agit donc d'une longue aventure où les personnages pourront donner un coup de main à Sherlock Holmes lui-même en l'aidant à résoudre une affaire qui le touche de près. L'intrigue  mêle à la fois des éléments du Mythe de Cthulhu et des réminiscences des livres de Conan Doyle autour de son célèbre héros. Elle se déroule dans le Yorkshire, soit dans la campagne reculée britannique, et permettra aux investigateurs de parcourir de nombreux endroits avant un final épique sur un site mythique.

La feuille de personnage a été adaptée : elle est estampillée Cthulhu by gaslight, les deux lignes écoles et diplômes ont été regroupées pour laisser la place à la mention de la classe sociale, et la liste des compétences a été modifiée pour correspondre aux règles particulières à cette boîte.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 21 juillet 2014.

Critiques

Coredump  

Fabuleux ! Jouer dans l'Angleterre Victorienne est quelque chose dont j'avais toujours rêvé, et voilà que c'est possible, avec le soupçon d'épouvante qui va de pair avec l'AdC.

Le problème du supplément ce n'est ni l'adaptation des règles, ni les données historiques : c'est plutôt son coté présentation. Les livrets sont épais mais pourtant agrafés, et sans couverture rigide, donc ils s'abiment vite. La carte n'est pas très belle.

Au niveau du contenu tout n'est pas rose non plus. C'est parfois un peu fouilli. Le long passage sur le voyage dans le temps, ou l'invasion des martiens est assez anecdotique par rapport au mythe de Cthulhu, et peut carrément dénaturer le jeu. Mais n'est-ce pas ça aussi le coté british ?

Le gros scénario livré avec est très bon, avec une ambiance complètement dans le ton : je vous le recommande !

Munin  

Pour ceux qui se lassent des années 20, de la prohibition et de la vallée de Miskatonic, ce supplément est idéal.L'Angleterre victorienne possède une atmosphère unique, et les sources d'inspiration littéraires sont bien plus nombreuses que pour l'Amérique des années folles. Conan Doyle, Dickens, H.G. Wells, l'Aube dorée, Jack l'Eventreur, autant d'éléments et d'inspirations pour nourrir vos scénarii. Grâce à cette boîte, vous pourrez mettre en scène des cochers à l'accent cockney, des gentlemen farmer flegmatiques, des bobbies imperturbables, des inspecteurs du Yard perspicaces, etc... Et puis, une poursuite nocturne dans les rues de Londres désertes, avec le smog qui étouffe peu à peu les bruits de pas, ça a un charme fou.

Moi j'aime bien les conspirateurs qui se réunissent dans des clubs de bridge pour boire du brandy.

En ce temps-là, ma bonne dame, on savait vivre !

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Un supplément excellent à lire et une ambiance qui promet d'etre géniale. Le temps m'a manqué pour développer une campagne à cette époque mais j'en ai rêvé longtemps.

Nécessite pas mal de documentation supplémentaire à mon avis. Le monde victorien a besoin d'être bien plus détaillé et il manque certainement un recueil supplémentaire avec des scénarios ou des aides de jeu pour développer le thème. Le mythe a peut être une expression particulière dans l'ambiance victorienne qu'il faudrait faire ressortir. Comme par exemple le double jeu, l'hypocrisie de la société. Je pense aux victoriens du monde d'Orrorsh (torg).

The Servant  

1890 est une époque délicate à jouer dans le cadre de l'Appel et en Angleterre de surcroît...
Les investigateurs sont bien plus démunis et coincés que dans les années 20 : moyens et voies de communication limités, moeurs de l'époque, classes sociales, etc.

Franchement sans ce supplément c'était quasiment impossible ! Et pourtant l'époque a du charme : Jack the Ripper, HG Wells et surtout le plus célèbre des investigateurs, Sherlock Holmes !

Bien que ce ne soit pas du plus costaud, j'apprécie la présentation en livrets qui est souvent plus maniable.

Et la campagne, avec ses références à Sherlock justement : magnifique !

Une extension obligatoire, comme celle des Années Folles pour la France de 1920.

Irma  

Ce supplément est vraiment indispensable pour mettre le pied en Europe (et surtout chez nos meilleurs enemis, les anglais).

Il ne faut pas oublier que Lovecraft était un gentleman un peu désuet de Nouvelle Angleterre : l'esprit de ces années 1890 en Angleterre est peut-être encore plus proche de ses écrits que les années 20 américaines.

Je trouve qu'on apprend énormément de choses sur une période à la fois très proche et assez méconnue. Une fois qu'on s'est mis dans le bain, c'est vraiment très dépaysant.

Bernard Terrier  

Je viens de l'acheter d'occase et je ne regrette rien car c'est un supplémment très très bien fichu. C'est vrai qu'au départ je me le suis offert plutôt pour cause de collectionite aigue, mais je suis vraiment tombé amoureux de Londres à la fin du 19e siècle.

Je crois que c'est une époque et un lieu magique pour l'Appel de Cthulhu. Peut-être encore plus que mes favoris : DG et les années folles.

matreve  

A l’instar du coffret d’origine des Contrées du Rêve, la boîte de Cthulhu by Gaslight donne le sentiment d’un sacré voyage dans le temps - sans perte de SAN heureusement. Si je fais cette comparaison, ce n’est pas seulement pour une question de date rapprochée de publication de ces deux suppléments, mais parce que le principe de construction est similaire, même si les deux thématiques n’ont pas grand-chose à voir.

Ces deux boîtes ont en effet surtout comme intérêt leur livret de scénario plutôt que celui de background. Le Guide des Années 1890 proposé dans Gaslight est aussi famélique qu’un habitant de Whitechapel à l’époque. La page sur les costumes d’époque est par exemple expédiée en 2 feuillets illustrés par un mauvais croquis. Bref, mieux vaut être déjà doté d’une solide culture victorienne car l’utilité de ce guide est essentiellement focalisée sur l’adaptation des données techniques pour transposer les règles de l’Appel de Cthulhu développées pour le contexte des Années Folles (professions, déplacements etc.) que de vraiment se plonger dans la société et le Londres de cette fin de XIXème siècle.

Fort heureusement, étant donné toute la production JDR Steampunk de ces dernières années, sans compter les développements de la gamme de l’AdC, il est désormais aisé de compléter tout le décor nécessaire afin d’exploiter bien plus efficacement cette époque fascinante qu’avec les seules ressources de cette boîte.

Or donc, à l’instar des Contrées du Rêve, ce qu’on ne trouvera pas dans le background pourra être détourné en filigrane depuis le scénario. La campagne proposée – Les Horreur du Yorkshire – exploite en effet à fond le contexte de l’Angleterre Victorienne et en mettant en scène rien de moins que Mr Holmes himself ! Pour aussi plaisante et soignée que cette campagne soit, elle reste toutefois de facture très classique – un clin d'oeil pour souligner l’esprit très conservateur de l’époque ? On trouvera donc force ouvrages du Mythe, lieux de cultes impies et créatures maléfiques qui font le bonheur des investigateurs depuis des éons. Tout ceci se révèle certes très bien construit (les ouvrages ne sont pas disséminés comme des objets magiques dans une improbable salle au trésor) mais sans surprise.

Je reste donc assez dubitatif pour que vos investigateurs aient vraiment l’impression de faire un saut temporel alors que c’est plus le contexte britannique qui est exploité dans ce scénario que l’atmosphère victorienne de l’époque – hormis la personne de Holmes. Je ressors de la lecture de cette campagne à moitié convaincu sur son efficacité et que bien que prête à l’emploi, elle mérite à mon sens une dose de travail supplémentaire pour mieux rendre l’atmosphère si particulière de l’époque (une scène dans un Club londonien ? ajouter un événement avec un bal mondain ? aller arpenter les bas fonds de Londres, grande absente de ce scénario ?).

En conclusion, une note moyenne pour ce supplément. Sa réussite est de donner les clés pour jouer au siècle d’avant pour l’Appel de Cthulhu et entrer de plein pied dans un contexte terriblement séduisant. Mais ce supplément est lui-même construit sur les standards du siècle d’avant par rapport à la production actuelle du jdr, et commence à sérieusement accuser son âge.

Critique écrite en juillet 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :