Contenu | Menu | Recherche

We aim to misbehave

Witches

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livre à couverture souple de 96 pages.

Description

"Witches" appartient à la gamme "Role Aids", lancée en 1982 par Mayfair Games. Cette gamme proposait des suppléments de contexte et des scénarios médiévaux-fantastiques en proclamant en couverture la compatibilité avec AD&D 1ère édition, sans l'autorisation de TSR. Un procès initié par TSR conduisit à un accord amiable entre les deux sociétés et à partir de septembre 1984, Mayfair Games indiqua la compatibilité avec AD&D avec l'accord de TSR.

Ce supplément développe une nouvelle classe de personnages, les sorciers, au sens traditionnel du terme par opposition à l'acception médiévale-fantastique courante. Toutefois, tous les exemples présentés dans l'ouvrage ne sont pas forcément liés à un cadre pré-moderne. Précisons que le terme anglais "witch" s'applique aux pratiquants des deux sexes, bien que les pratiquants masculins soient parfois appelés "warlocks". Ici, le sorcier est vu comme un pratiquant des arts magiques qui, contrairement aux mages, obtient ses sorts d'une ou plusieurs entités surnaturelles. Cependant, contrairement aux clercs, le don de pouvoirs magiques n'est pas conditionné à l'acceptation d'une foi ou d'un idéal mais fait l'objet d'un contrat entre le pratiquant et le(s) entité(s). Des sorciers d'une même tradition ne partagent donc pas obligatoirement le même alignement.

Ces distinctions et les caractéristiques techniques de la classe : expérience, sorts, compétences etc font l'objet du premier chapitre. Les neuf suivants décrivent chacun une tradition différente de sorcellerie, ses pratiquants, les entités intervenantes, les capacités spéciales et les sorts des pratiquants. Selon la tradition, ces sorts peuvent être équivalents à des sorts de clerc, de druide, de mage, d'illusionniste ou bien être uniques. Un PNJ exemple est fourni à la fin de chaque chapitre.

La sorcellerie traditionnelle de l'Antiquité fait l'objet du premier chapitre. Ici les sorciers tirent leur pouvoir d'une déesse-mère comme Déméter ou Ishtar et sont spécialistes de la fabrication de potions.

La sorcellerie féérique est exclusivement pratiquée par les elfes. Ces sorciers obtiennent leurs pouvoirs de déesses traditionnelles comme Hécate ou bien de Puissances semi-divines et leur grande spécialité est la concoction de poisons et de somnifères.

Le quatrième chapitre est consacré aux sorciers médiévaux. Ceux-ci ne signent pas de pactes avec le Diable mais avec la déesse Diane en tant que déesse de la nature et de la fertilité. En dehors de cela, ils organisent des sabbats, ont des familiers, etc. Ils sont capables de créer des potions qui ont un effet sur les hommes ou sur la nature.

La société secrète de la Golden Dawn est l'exemple du cinquième chapitre, "The Age of the Occult". Au XIXe siècle, les membres de cette société pratiquent la magie comme une manipulation des lois naturelles établies par une "Divinité Ultime" et sont recrutés dans les classes sociales les plus élevées.

Les "néo-païens" et autres adeptes de la "Wicca" moderne font l'objet du sixième chapitre. C'est en vénérant "Gaïa", la personnalisation du "Principe Féminin Ultime" ou encore de la "Terre Mère" que ceux-ci obtiennent leurs pouvoirs magiques. Ceux-ci sont plus efficaces lorsqu'ils sont utilisés conjointement par un groupe.

Le chapitre 7 est consacré au vaudou. Les adeptes de cette tradition maléfique reçoivent leurs pouvoirs de Noires Puissances semi-divines et ont un éventail de potions et fétiches spécifiques à leur disposition.

Les animistes sont présentés ensuite. Ceux-ci doivent négocier avec les Esprits de la nature pour obtenir leurs sorts et créer leurs amulettes.

Si elles ne sont pas divines et n'ont donc pas besoin d'être vénérées, les Puissances des Plans Elémentaires ont toutefois des buts et des plans qui incluent le Plan Matériel Primaire et font donc parfois des pactes avec des mortels. Les pouvoirs de ces sorciers sont restreints à un seul élément.

Le dernier chapitre est une adaptation des Derynis, ces individus aux pouvoirs surnaturels apparaissant dans la série de romans du même nom écrite par Katherine Kurtz. Dans ce supplément, les sorciers Derynis obtiennent des pouvoirs mentaux d'une Divinité Suprême et de ses anges. Bien qu'affectant l'esprit, ces pouvoirs sont présentés sous la forme de sorts.

Un glossaire des termes techniques occupe la troisième de couverture du livre.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

Aucune critique sur cet ouvrage pour le moment.